Jour 9 : Les incontournables autour de Bled

Nous nous réveillons dans la brume et nous partons rapidement vers le lac de Bohinj pour avoir la lumière du début de journée. Le temps est plutôt nuageux mais nous faisons décoller quand même le drone et nous ne regrettons pas ! Vu d’en haut, le lac nous offre des couleurs sublimes. Moins fréquenté que celui de Bled, le lac de Bohinj est d’autant plus agréable à découvrir.

Nous partons en direction du Nord. En passant par le lac de Bled, nous trouvons que la luminosité est belle. On s’arrête donc plus tôt que prévu ici. Notre premier réflexe est de prendre de la hauteur en montant au château. Nous nous garons en contrebas du parking du château. Nous ne visitons pas mais profitons de sa situation pour avoir une vue sur le lac. Ce n’est peut-être pas le meilleur point de vue mais un bon endroit pour faire partir le drone.

Notre programme nous emmène ensuite vers les Gorges de Vintgar connu comme l’un des sites à visiter absolument en Slovénie. Très vite, on se rend compte qu’il attire beaucoup de touristes. Le parking, comme souvent ici, est payant (5€). La visite de la gorge est un aller simple et il n’est pas possible de revenir sur ses pas. Alors nous décidons de nous garer à la sortie du site et de commencer la randonnée d’ici vers l’entrée des gorges et ainsi faire une boucle. Pour l’astuce, nous avons trouvé notre bonheur sur un parking gratuit au niveau de l’église Sainte-Catherine à Podhom.

Les 2 km de sentiers qui offrent une superbe vue sont bien plus agréables que de perdre du temps à trouver une place et devoir faire le chemin du retour avec les nombreux touristes. Car oui, ici c’est plutôt fréquenté ! L’entrée est à 10€/personne. Le site est très beau en lui même et bien aménagé. Sur 1600m, nous avançons sur une passerelle en bois qui longe la gorge de 250m de profondeur. Attention, la passerelle étant étroite, on peut vite se retrouver à marcher les uns derrière les autres. Nous vous conseillons de faire cette visite plutôt aux heures creuses.

Gorges de Vintgar, Slovénie
Gorges de Vintgar, Slovénie

Le point final du parcours est à la cascade de Šum. Il faut ensuite remonter au parking avec environ 25min de marche à travers la forêt. Après cette petite marche, nous mourrons d’envie de goûter le fameux gâteau de Bled : le kremna rezina ou kremsnita une pâtisserie faite à partir de crème pâtissière et chantilly, le tout entre deux couches de pâte feuilletée. Nous avons trouvé notre bonheur au salon de thé nommé Slascicarna à Bled. Pour 9,90€ nous avons eu 2 gâteaux et 2 boissons. Parfait pour un encas !

Le fameux kremsnita, Bled, Slovénie
Le fameux kremsnita de Bled

Maintenant que nous sommes de retour à Bled, nous décidons de nous approcher plus près du lac. Plus tôt dans la journée, nous avons vu des gens se baigner alors nous entamons le tour du lac pour trouver une plage. Mais les rives du lac sont très convoitées voire privées à certains endroits. Nous arrivons quand même à trouver un bout de rive où se tremper les pieds dans une eau à 25°c ! C’est ainsi que nous terminons notre escapade en vallée de la Soca pour prendre la direction du sud vers le plateau du Karst. Nous profitons du soleil qui commence à décliner sur le lac mais ne traînons pas. Nous avons plus d’1h30 de route pour atteindre notre prochain bivouac, repéré dans une magnifique clairière.

En arrivant, l’endroit est superbe. Loin des grands axes, en lisière de forêt, isolé. Le spot rêvé ! Mais lorsqu’on commence à s’installer, on entend des bruits de tir au loin. Ils sont très réguliers, toutes les 5s environ. Au début on pense à des effaroucheurs mais vu l’heure tardive, ça nous paraît étrange. Après plusieurs minutes à spéculer sur le fait de rester ou pas ici (on a peur que ça dure toute la nuit), nous décidons d’aller voir d’où vient le bruit pour en avoir le cœur net ! Après quelques kilomètres de piste, on découvre un panneau “Stand de tir” ! Nous ne pouvons pas faire demi-tour et sommes obligés de passer devant l’abri des tireurs qui au début nous demandent de partir avec des gros yeux puis commencent à rigoler en voyant qu’on s’est juste trompés. Soulagés, nous repartons vers notre bivouac de rêve. Sans savoir que tout n’irait pas comme prévu…

Pendant l’installation de notre camp pour la nuit, une voiture passe au loin sur un chemin. On fait alors un signe pour saluer le conducteur qui semble plutôt fermé. C’était à prévoir. Au moment où nous nous apprêtions à dîner, deux vélos arrivent de la forêt et nous parlent en Slovène. Nous comprenons très vite que nous sommes face au propriétaire du champ (certainement alerté par le premier véhicule). Il est très mécontent et nous ordonne de partir sous menace d’appeler la police. il nous dit que son champ sert à faire du foin et que nous sommes en train de le piétiner. Nous nous excusons et lui expliquons calmement que nous allons partir sans problème et en aucun cas lui tenir tête ! C’est la règle du bivouac, la plupart du temps, nous nous installons sans autorisation alors si nous sommes chassés, nous acceptons le jeu ! Nous lui demandons simplement 5 min le temps de tout replier (et oui c’est plus long que de déguerpir en van!). En voyant notre bonne foi et la nuit qui tombe, l’agriculteur nous propose alors de dormir à l’entrée de son champ, dans le chemin. Même si cela a moins de charme, nous lui sommes reconnaissants de nous avoir proposé une alternative pour que l’on puisse dormir en sécurité sans peur de gêner. Et finalement, la nuit a été paisible.

Bivouac en Slovénie
Bivouac à l’entrée du champ

Jour 10 : La réserve naturelle de Rakov Skocjan

Comme tous les jours depuis notre départ, il fait beau et chaud en Slovénie, il n’y a pas du tout de vent et pas de pluie mais les matins sont humides. Notre premier arrêt de la journée est au lac intermittent de Cerknica. c’est une étendue d’eau qui apparaît et disparaît selon les saisons. En été c’est sec, laissant une sorte de marais asséché idéal pour des promenades à la découverte de la faune et flore. Lors de notre passage, le sol était recouvert de petites grenouilles vert fluo !

La découverte suivante a marqué notre voyage en Slovénie : les magnifiques gorges de Rakov Skocjan. Cette grande réserve naturelle visiblement méconnue des touristes. De nombreux sentiers de randonnée bien balisés nous emmènent à la découverte de grottes et ponts naturels en pleine forêt. C’est gratuit et il n’y a personne ! Par moment, on a le sentiment d’être en exploration et nous avons presque envie de partir en spéléologie. Deux ponts naturels sont à observer : le Veliki Naravni Most et le Mali Naravni Most.

Ravis de cette découverte, nous partons à la recherche d’un petit restaurant pour le midi. Nous trouvons notre bonheur au Storja Pod Stop avec 2 burgers au poulet et 2 bières pour 20€. Nous sommes repus !

Nous ne sommes pas loin du château de Predjama, cet édifice presque bâti dans la roche, carte postale de la Slovénie. La piste off road que nous empruntons pour nous y conduire est très étroite, rocailleuse et en descente. La visite du château est possible mais nous ne l’avons pas faite.

Château de Predjama, Slovénie
Château de Predjama, Slovénie

Construit à partir de 1202, cette forteresse nichée dans la falaise de 123m de haut est une curiosité architecturale mi-grotte, mi-château.

Nous sommes au milieu de l’après-midi et nous devons filer pour la dernière visite des grottes de Skocjan, que nous voulons absolument voir ! Nous avons fait le choix de découvrir celles-ci plutôt que celles de Postojna qui doivent certainement valoir le coup aussi. Mais celles de Skocjan nous paraissaient plus impressionnantes et plus naturelles que les autres.

Malheureusement pour nous, les informations que nous avions été erronées et la dernière visite part à 15h. En arrivant sur le parking des grottes (à 45min du château), on se cogne le nez. Nous sommes très déçus et ne sommes pas résignés à partir plus loin. Nous profitons de ce contre-temps pour marcher le long du sentier d’interprétation qui offre des explications sur les cavités et une splendide vue sur l’une des entrées de la grotte en contre bas. Et oui entre l’église en haut et la rivière en bas, il y a bien 144m de dénivelé !

Grottes de Sckocjan, Slovénie
Grottes de Skocjan, Slovénie

Nous cherchons maintenant un camping à proximité pour la nuit en se promettant d’être à la première heure au guichet des grottes demain matin ! Nous trouvons un camping à la ferme indiqué à 3km de là à Dujceva. Le camping est une sorte d’immense prairie sans emplacement défini. Nous sommes moins de 5 véhicules sur cet immense terrain. C’est très calme et nous profitons de ce moment pour nous reposer et nous relaxer. Sans les sanitaires à disposition, on se croirait presque seuls en pleine nature ici !

Jour 11 : Voyage au centre de la terre et Vallée de la Vipava

Réveil au soleil et traditionnel repli du camp après une bonne nuit de sommeil.

Cette fois, nous sommes à l’heure pour le départ de la visite des grottes de Skocjan ! Nous avons payé 36€ pour deux (en bénéficiant de 4€ de réduc grâce au ticket de caisse du camping). A cause du coronavirus, nous ne pouvons pas avoir de commentaires dans la grotte et le groupe doit se diviser en deux. Les guides nous font donc une introduction avant d’entrer dans la grotte (en slovène et en anglais). Deuxième déception, nous ne pouvons pas nous arrêter pendant la visite. Nous devons marcher en permanence. Ce sont les concessions à faire lorsque l’on voyage en pleine période de pandémie. Mais cela valait vraiment le coup. Très rapidement, nous sommes plongés dans un décor digne de Jules Verne ! La grotte est immense, nous déambulons sur près de 3km dans une salle souterraine de plus de 100m de hauteur. Au loin, on voit les petites lumières du sentier de visite comme des petits flambeaux d’explorateurs d’un autre siècle. L’ambiance est envoutante, l’endroit magnifique. Quel dommage de ne pas pouvoir immortaliser le lieu avec des photos…

La remontée se mérite ! Plus de 300 marches par une forte chaleur pour remonter au point de départ. Plus on monte, plus la température augmente. Il faut une certaine condition physique pour remonter. D’ordinaire, il est possible de prendre un funiculaire mais covid oblige, il n’était pas en circulation cet été.

Il est déjà 12h et nous prenons la direction de la vallée de la Vipava et plus particulièrement à Ajdovscina. Nous nous arrêtons à Faladur, un bar à vin pour une dégustation des vins slovènes. Nous faisons une dégustation de 5 vins chacun (donc 10 vins au total) pour 20€ / personne avec quelques amuse-bouche typiquement slovènes (fromage, olives, huile d’olive, pain). Le serveur prend plus de 2h à nous expliquer l’histoire de la vallée, des vignes et par la même occasion de son pays ! C’est un passionné et il aime le transmettre ! Malgré qu’il soit en plein service au restaurant, il prend le temps de nous accueillir et nous éclairer avec sa vision sur le passé de la Slovénie qui découle forcément sur le caractère de ses vins aujourd’hui ! Nous nous délestons d’un beau billet entre les 2 dégustations et les bouteilles achetées en boutique mais sommes un peu déçus que la découverte ne contienne pas de menu. Ainsi, nous avons goûté beaucoup de vin mais n’avons pas mangé ! Avec les 35°c au thermomètre, c’est un peu rude.

Nous partons ensuite pour la vinothèque de Vipava pour acheter d’autres vins Slovènes si différents des vins Français.

Nous n’avons pas de plan pour dormir ce soir et la météo est menaçante. De la pluie et de l’orage s’invitent alors que nous cherchons un bivouac dans les hauteurs. Nous sommes bloqués sur la trace par un énorme rocher tombé sur la piste. Nous décidons alors d’avancer en direction de Ljubljana en prenant l’autoroute. Sur l’application Osmand, nous trouvons un camping appelé Speleo Kamp à 30km au sud de la capitale. Nous arrivons fatigués lorsque le propriétaire nous annonce la spécificité du camping : il est réservé aux spéléogues amateurs ou professionnels. Grâce à la passion de Gauthier pour la plongée et sa petite expérience en plongée spéléo, le propriétaire concède à nous louer un emplacement pour la nuit ! Ouf !

Le camping est tout petit sur un terrain abrupte. Le bloc sanitaire et la cuisine commune sont dans des chalets en bois rudimentaires mais cela nous convient très bien ! Nous ne sommes que 4 véhicules (tous allemands sauf nous) et nous payons 24€ la nuit pour deux. Nous donnons quand même le nom de ce camping dont le propriétaire est très accueillant et sympathique mais si vous n’êtes pas spéléologues, vous ne pourrez pas y rester. Nous passons notre dernière soirée en Slovénie à préparer le trajet du retour et à sympathiser avec des allemands qui – visiblement intrigués- demandent à visiter notre tente de toit.

Jour 12 : Ljubljana

Nous nous levons avec le soleil contrairement à ce que la météo annonçait. Après avoir replié la tente pour la dernière fois, nous prenons la route de la capitale. Nous nous stationnons dans un grand parking près du parc Tivoli à 0,60cts / heure (mais nous ne payerons rien… étrange).

Direction le vieux centre historique avec ces bâtiments Belle Epoque, ces multiples ponts sur la Ljubljanica et son marché central où il y a énormément de monde ! Nous cherchons en vain un marchant de charcuterie mais la foule aura raison de nous, nous décidons plutôt d’aller marcher dans les ruelles pour trouver un petit souvenir artisanal à acheter.

Notre missions accomplie, nous nous accordons une dernière pause déjeuner avant de prendre la route et son long trajet. Nous trouvons une brasserie super sympa près de la gare. Déco rétro, serveuse très gentille et spécialités au menu ! La fameuse assiette de charcuterie et fromages slovènes pour Gauthier et un plat typique du 17ème siècle pour Alix : du poulet frit et sa purée. Le tout accompagné de deux bières locales. Un régal ! Un beau bouquet final et une belle parenthèse avant de rentrer de ce voyage inespéré.

Spécialités slovènes à Ljubljana

Voir la partie 1 de notre roadtrip en Slovénie : Direction l’Est

Voir la partie 2 de notre roadtrip en Slovénie : La Vallée de la Soca

2 Comments

  1. Bonjour et merci pour ce partage très instructif
    J’ai noté quelques bons plans en visite et campings, car j’ai bien compris que le bivouac sauvage reste l’exception
    Cordialement
    Pascal

    1. Bonjour Pascal,
      Merci pour votre message.
      En effet, le bivouac sauvage n’est pas évident en Slovénie. Le mieux reste de demander l’autorisation au propriétaire du terrain pour être sûr de ne pas déranger. Bon voyage ! Vous partez à quelle période ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *