En ce qui me concerne, il n’y a rien de plus désagréable qu’un véhicule qui perd de l’huile (ou tout autre fluide !).
ça n’est d’une part pas très écolo, et surtout j’imagine que si il y a de l’huile dans telle boite ou tel pont, c’est probablement pour une bonne raison… autant qu’elle y reste !
Donc je fais en sorte de régulièrement passer sous le véhicule et dans la baie moteur pour contrôler visuellement tous les joints ainsi que vérifier les niveaux.

Et forcément c’est en cherchant que l’on trouve les problèmes … 🙁


Yep … c’est une fuite !

Il faut maintenant identifier la provenance.
Après avoir léché touché et senti ce fluide inconnu, aucun doute c’est une huile de boite ou de pont !
La source est assez facile à localiser, elle se situe sous le moteur, au niveau de la sortie du pont avant.
Il y a de forte chance que le coupable soit localisé à la sortie du pont, et la jonction du cardan… pile là où se trouve un joint SPI … hum coïncidence ??

non !

La découverte d’une fuite est toujours une étape assez stressante chez moi …
Depuis quand est-elle est là ? Le pont est forcément à sec, il est ruiné, je benne le Toy à la casse ?

En prenant du recul, le dernier contrôle datait de moins de 2/3 semaines, la sortie du joint SPI est au-dessus du niveau le plus bas du pont. Il y a donc une infime chance que le 4×4 puisse être sauvé avant de l’échanger contre une prime à la casse et repartir en Zoé … 😀

Le changement est assez simple et peu coûteux.

Vous aurez besoin d’un joint SPI (of course !), attention à ne pas vous tromper dans la référence, le coté droit et gauche sont différents !

références par coté :
droit : 9031147010 ou 9031147013
gauche : 9031147011 ou 9031147012

Dans mon cas, il s’agit du coté droit, et j’ai trouvé mon bonheur ici chez Euro4x4 : http://www.euro4x4parts.com/pieces/pos3147_joint_spi_90311-47013.html

Niveau outillage :
– un cric
– une ou deux chandelles
– un burin et une masse
– un ensemble clé/douilles
– une clé dynamométrique
– de quoi enfoncer le joint spi sans l’abîmer (grosse douille, morceau de tube …)

Avant de commencer à tout démonter, il existe plusieurs méthodes.
Certaines personnes déposent intégralement le cardan (utile si vous souhaitez changer vos soufflets en même temps). Dans ce cas, il vous faudra une douille de 35 et une bonne clé/rallonge pour déposer l’écrou de cardan :

un truc de ce gout là 😀

Sinon l’autre méthode, qui selon moi est bien plus simple, consiste à simplement déposer les 4 écrous de la rotule inférieure, de décaler la fusée, changer le joint, boire une bière, remonter la fusée, reboire une bière.

J’ai choisi la méthode où il y avait de la bière !

Pour cela j’ai commencé par déposer la plaque de blindage (optionnel selon votre véhicule) :

Un petit cric dessous, pour la maintenir le temps de déposer les quelques boulons.

Cela permet d’avoir un meilleur accès (et constater les dégâts …)

La prochaine étape, consiste à soulever le chassis, et déposer la roue.
J’ai pour cela utilisé : deux cales en bois, un cric et une chandelle sous la traverse, afin de garder le triangle libre :

Histoire d’assurer un minimum, je garde toujours la roue déposée sous une traverse du 4×4, et je cherche un autre point pour placer une chandelle. Dans le cas présent, l’autre sera placée sous le pont avant.

Je reprend le petit cric orange pour la placer sous le triangle et le lever afin d’aligner le cardan (le garder horizontal).

Maintenant sous le triangle, nous avons accès aux 4 boulons qui maintiennent la rotule inférieure à la fusée (le porte moyeu).

Comme à mon habitude le 4×4 est … propre … désolé pour les photos !

La dépose se fait simplement avec une douille de 14 et une bonne clé (le serrage est à 80 Nm), il sera nécessaire de tourner un peu le volant pour simplifier le passage de la douille sur le dernier boulon.

Vous n’avez plus qu’à soulever un peu la fusée et la décaler sur un coté de quelques cm.
Cela va libérer la place en face du joint SPI une fois le cardan sorti.

C’est d’ailleurs le moment de la sortir !
Il n’y a rien de bien sorcier, la seule subtilité est de se rappeler qu’il y a un jonc d’arrêt sur les cannelures. Vous ne pourrez pas le sortir à la main, il va falloir user de “persuasion”.

Pour ça j’ai utilisé un burin plat et une masse.
J’ai coincé le burin sur les encoches prévues à cet effet, et après quelques bons coups de masse, ce dernier est sorti sans problème (mais faut pas hésiter le “persuader” de sortir hein …)

Voici le résultat après quelques coups :

En gros plan, le jonc qui bloque le cardan dans sa position.
Ce même jonc va vous embêter pour la repose (d’où le fait de boire une bière avant ! … “habile” !)

J’ai placé le cardan sur le coté, pour avoir la sortie du pont face à moi, car il est indispensable d’être bien positionné pour replacer le joint.


La dépose du vieux joint est simple, j’ai pris une clé plate pour faire levier, un coup de persuasion (la masse c’est un super outil !), et c’est de l’histoire ancienne.
Prenez le temps de bien nettoyer la zone. La portée du joint doit être propre et sans trace/choc.

attention à ne pas oublier le petit ressort du vieux joint SPI si ce dernier saute pendant la dépose !

On vérifie bien l’ancien joint et le nouveau :

Pour reposer le nouveau, prenez soin de bien huiler sa périphérie afin d’aider son placement sur la portée.
Placer le avec minutie, il est doit être parfaitement vertical (vraiment, sinon vous êtes bon pour recommencer !)

N’ayant pas l’outil adapté (comme d’hab’ …) j’ai recyclé une vielle scie cloche de 68mm (sans dent !) qui me sert d’outil pour l’enfoncer délicatement à la masse.

(blague à part, faites attention à cette étape, le joint doit être bien enfoncé dans sa gorge, il ne faut surtout pas le déchirer, et s’assurer qu’il est bien vertical).

C’est terminé !
Il vous reste à repositionner le cardan (vous allez devoir utiliser le burin et la masse dans l’autre sens sur les encoches prévues à cet effet, pour bien enfoncer le jonc).

Puis repositionner la fusée à sa place, et remettre les 4 boulons qui maintiennent la rotule inférieure.
Attention pensez bien que cette rotule est très sensible sur le Série 9, prenez le temps de la contrôler, de bien remonter les boulons avec du frein filet et surtout au bon couple : 80 Nm.

Après un rapide nettoyage et remise à niveau de l’huile dans le pont (voir tuto dédié).

Il vous reste une bière à boire, et nettoyer les outils (parce que l’odeur de cette huile est … pffff)

@+

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *