Comment y aller ?

Sur les autoroutes Autrichiennes

Selon la région que vous habitez en France, il existe 3 itinéraires principaux pour aller en Slovénie. Par l’Italie, par la Suisse ou par l’Allemagne / Autriche. Habitants dans le Nord de la France, nous avons opté pour cette dernière option. D’une part, parce que les autoroutes sont gratuites en Allemagne et en Autriche et les routes sont en bien meilleur état qu’en Italie. Plusieurs personnes nous ont conseillé cet itinéraire et nous confirmons qu’il est rapide, efficace et sûr. L’inconvénient de l’Italie est aussi le tunnel du Mont Blanc et son prix excessif.

La traversée de l’Allemagne peut se faire rapidement si vous avez un véhicule adapté. Certains tronçons d’autoroute étant illimité en vitesse, vous pouvez rouler relativement vite. Le prix de l’essence là-bas est aussi un avantage ainsi que la conduite des allemands très prudente et prévenante. L’inconvénient sont les travaux assez nombreux sur le trajet.

En Autriche, pas de péage non plus mais une vignette nécessaire pour circuler sur les autoroutes et des péages aux tunnels. Vous pouvez acheter la vignette sur les aires d’autoroute en Allemagne, en Autriche et en Slovénie. Elles sont vendues à la semaine, à la quinzaine ou au mois. Enfin, rien que pour les paysages, passer par l’Autriche vaut la peine !

Comment se déplacer ?

Vous l’aurez compris, nous avons fait le choix de partir en roadtrip avec notre 4×4 équipé et aménagé pour dormir en bivouac. Pas besoin de louer un véhicule sur place.

Il y a peu d’autoroute en Slovénie et pas de péage. Par contre, une vignette est nécessaire pour circuler sur les autoroutes. Il est assez facile de s’en passer pendant le voyage. Une fois sorti des autoroutes, les routes slovènes sont assez petites et étroites. Pas de double voies ou de grosses nationales. Certaines pistes sont même indiquées comme départementales alors qu’elles sont très étroites. Quelques travaux sur les routes mais la circulation est facile. Pas de remarque spéciale sur la conduite Slovène. L’essence était en moyenne autour d’1€ le litre (prix national).

Quel budget ?

Notre voyage en Slovénie nous a coûté un prix raisonnable pour un séjour de 12 jours. Voici nos principales dépenses :

  • Transport : 600 € . De loin, le plus gros poste de dépense, il comprend les péages en France, l’essence, les vignettes pour rouler en Autriche et en Slovénie, les parkings et les transports en commun empruntés dans les villes.
  • Camping : 264,60 €. Nous passions une nuit sur 2 en camping pour avoir accès aux sanitaires. Clairement, on pensait dépenser moins en hébergement en faisant plus de bivouacs, mais la difficulté d’en trouver sereinement en Slovénie a vu nos espoirs à la baisse. Ou plutôt à la hausse de la facture ! La note compte aussi une nuit en hôtel en Allemagne sur la route du retour. (70€).
  • Visites : 98 €. Les prix des lieux de visites sont assez élevés notamment la visite des parcs naturels qui augmentent de plus en plus au fil des ans. Les informations que nous avions dans les guides étaient souvent bien en deçà de la réalité.
  • Repas : 191,53 €. Quelques restos et des boissons fraîches principalement
  • Courses : 80,83 €. L’avantage d’être en bivouac, c’est que nous cuisinons beaucoup nous même. Le coût de la vie n’est pas exorbitant, un tout petit peu moins qu’en France.
  • Au total, le voyage nous aura coûté 617€ / personne, soit 1235€. A cela s’ajoute quelques souvenirs comme du vin slovène par exemple. Un budget raisonnable pour un séjour dépaysant de 12 jours au cœur de l’Europe.

Quand y aller?

Vallée de la Soca, Slovénie
Vallée de la Soca, Slovénie

Nous n’avions pas vraiment le choix de la période mais le mois d’août à été clément avec nous. Nous avons eu du soleil tous les jours, des températures très chaudes, jusqu’à 35°C ! Nous avons été étonné par l’absence totale de vent ! Une aubaine quand on voyage en tente. La Slovénie est un pays très vert, l’humidité est donc très présente, surtout la nuit où il est souvent arrivé qu’il pleuve. Mais nous avons pu profiter pleinement de nos journées. Il y a quand même une différence entre les régions du pays. Le Nord Ouest est en altitude et donc plus frais que l’Ouest où il peut faire très chaud dans les vieilles villes.

Château de Bled, Slovénie
Château de Bled, Slovénie

Un détail important, c’est que voyager en 2020 ne donne pas une impression réelle de la fréquentation touristique du pays. Nous n’avons pas vu de touristes lointains. La majorité étaient des allemands ou des autrichiens. Nous n’avons pas croisé de Français. Les sites touristiques étaient donc assez peu bondés. Ce qui nous a permis d’apprécier pleinement nos visites ! Nous imaginons qu’en période normale, des lieux comme le lac de Bled ou la grotte de Skocjan sont bien plus fréquentés.

Top des Applications

Pour préparer notre voyage depuis chez nous, nous utilisons différentes applications.

Pour trouver un spot : Si comme nous, vous voyagez en bivouac, vous devez connaître les applications suivantes : Park 4 Night et I Overlander. Elles permettent de trouver assez rapidement un endroit pour vous poser pour la nuit. Elles recensent aussi bien les campings que les aires de camping-cars ou les petites pépites cachées dans la forêt. Nous n’avons pas utilisé ces applications, trop connues des voyageurs comme des locaux, nous rendons donc facilement repérables. Nous utilisons plutôt une application de carto et repérons des espaces qui nous paraissent plats et isolés pour passer la nuit. Sinon, nous nous installons au gré des opportunités ! Le camping sauvage étant vraiment compliqué en Slovénie, nous n’avons pas profité comme prévu de superbes lieux de bivouacs.

Pour suivre des traces : Avec notre 4×4, l’avantage c’est qu’on peut rouler (presque) partout alors pour suivre des traces, nos meilleurs amis sont Osmand ou Maps.me. C’est notamment grâce à ces applications que nous avons trouvé des superbes pistes ou des spots de bivouacs.

Pour préparer l’itinéraire : Nous faisons partie des fans incontournables de guides. Pour ce voyage, seul Lonely Planet a sorti un guide (peu à jour d’ailleurs) mais nous lisons aussi pas mal de blogs ou comptes-rendus sur des forums. Nous avions trouvé une trace off road qui faisait le tour du pays que nous avons adapté avec les endroits que nous voulions visiter. Une fois les points d’intérêts repérés, nous rentrons les coordonnées GPS dans Osmand, permettant ainsi de dessiner une sorte de road book journalier.

Liste des babioles (in)utiles

Kamp Klin
Kamp Klin

Voici une courte liste de nos indispensables pour un séjour en bivouac en Slovénie en été :

Une bonne paire de chaussures pour les nombreuses randonnées dans les superbes sites naturels, des micro fibres pour essuyer la tente au petit matin, une casquette ou un chapeau pour se protéger de la chaleur, une bonne appli GPS pou repérer les bivouacs.

Notre to-do list (les incontournables)

Les 8 choses à faire ou à voir en Slovénie selon nous, tout en sachant que nous n’avons pas exploré la totalité du pays…

1# Les ponts naturels de la réserve naturelle de Rakov Skocjan

2# La vallée de la Soca et ses eaux turquoises

3# Frissonner dans les mines de mercure d’Idrija

4# L’immensité de la grotte de Skocjan

5# Goûter la charcuterie et les fromages slovènes

6# Passer derrière la cascade de Pericknik

7# S’attendre à croiser un ours dans la forêt

8# Prendre de la hauteur pour admirer le lac de Bled

Grottes Rakov Skocjan, Slovénie
Grottes Rakov Skocjan, Slovénie

Notes pour plus tard…

Les parkings : La plupart des parkings en Slovénie sont payants. Il faut se l’avouer au bout d’un moment c’est un peu fatiguant de payer le parking puis le lieu de la visite, surtout quand on est en pleine nature. Mais si vous n’êtes pas pressés et avec un bon GPS, vous pourrez toujours trouver des solutions pour se garer un peu plus loin et économiser quelques euros sur votre séjour.

Le camping sauvage : On était pourtant au courant, le camping sauvage est non seulement interdit mais aussi très mal toléré par les habitants. Nous espérions pouvoir en faire plus et en sérénité. Ce qui n’était pas forcément le cas. Le conseil que nous pourrions donner c’est de demander l’autorisation avant de s’installer mais encore faut-il tomber sur le propriétaire ! Nous étions plutôt discrets sur nos spots de bivouac et pourtant à chaque fois, nous avons été débusqué.

Voir le compte-rendu de notre voyage en Slovénie :

Partie 1 : L’Est de la Slovénie

Partie 2 : La vallée de la Soca

Partie 3 : De Bled à Ljubljana

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *